Laish et Marc Morvan – Quiétude dominicale aux sonorités folk à Rennes

Laish et Marc Morvan en concert dans une chapelle : un rendez-vous réussi, un public enthousiaste.

Laish
Laish

Un après-midi concert organisé par l’association rennaise Des pies chicaillent, ça se ne se refuse pas ! La chapelle de l’Hôtel Dieu était un bel écrin pour le groupe britannique Laish et les nantais de Marc Morvan.


Marc Morvan


Marc Morvan

Douce mélancolie avec Marc Morvan
En formule trio, entouré d’un violoncelliste et d’une violoniste, Marc Morvan ouvrait cet après-midi. Ce nantais présentait son nouvel album The Offshore Pirate sorti en décembre dernier. On a aimé ce folk quasi pastoral, cet accompagnement et les quelques montées. Une belle alliance.

Le charisme de Danny Green opère
Nous attendions impatiemment de voir enfin en concert Laish, après avoir écouté de nombreuses fois son dernier album Pendulum Swing sorti chez le label bordelais Talitres (chronique de l’album à relire ).
La veille à St Lô, Danny Green s’étonne de sa notoriété en France et lance un « mais pourquoi êtes-vous là ? ». Il débute un set électrique avec ses deux comparses britanniques, à la batterie et au clavier : Love on the conditional. Superbe, enjoué ! Mais une corde de sa guitare rend l’âme… Qu’importe, il poursuit en acoustique.
Alternant les moments de douce mélancolie avec des titres comme Song for Everything, Vague ou Ratling Around, Laish sait aussi proposer un set dynamique, dansant : on aime Learning to love the Bomb comme My little Prince.


Ovation du public
Très à l’aise sur scène, il n’hésite pas à descendre la nef et joue sans micro quelques morceaux. C’est beau, émouvant. Sa voix résonne sur un superbe Wrote of Freedom. La chapelle est remplie, le public sous le charme de cet anglais charismatique. Sur Discipline, la participation sollicitée pour des sifflements d’oiseaux fonctionne.
Il finira à la batterie laissant sa guitare à Tom Chadd, et Rob Pemberton qui passe au clavier. Une belle ovation finale. Très abordable, Danny Green se retrouve derrière le stand de merchandising où les gens affluent. Un set recompensé. Nous avons vécu un beau moment dans cette chapelle, un temps suspendu loin du rythme effréné et de la vacuité du monde.




Previous post

Rock en Seine 2017 : The XX, PJ Harvey, Franz Ferdinand, Flume, The Kills...

Next post

Nouveaux titres de Real Estate, Fleet Foxes, Mark Lanegan et Moon Duo

Pas de commentaire

Mettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *