L’histoire d’une pochette de disque – Portishead (Dummy)

Après l’histoire de la pochette du premier album des Smiths (lire article), Pop is on Fire s’intéresse aujourd’hui à un album majeur du courant trip-hop, le superbe Dummy de Portishead.

dummy

Massive
R-608713-1137945309.jpeg1991, la guerre du Golfe éclate. Le groupe de Bristol Massive Attack sort son premier disque Blue Lines, sous le nom de Massive, censure oblige. Même si le trip-hop n’existe pas encore, Massive Attack vient de créer un nouveau style musical. Et à cette période, un certain Geoff Barrow travaille comme assistant dans le studio d’enregistrement de Massive Attack… On comprend alors mieux pourquoi Portishead (mais aussi le kid Tricky) suivront la voie ouverte par Robert Del Naja (3D), Grant Marshall (Daddy G) et Andrew Vowles (Mushroom).

That guy from (the town) Portishead
En 1992 Geoff Barrow rencontre Beth Gibbons dans une agence locale de l’ANPE. Le destin a frappé.
Le groupe qui doit son nom à la ville de Geoff Barrow, Portishead, 22 000 habitants et située à quelques kilomètres de Bristol, peut alors commencer à travailler avec l’aide d’Adrian Utley et de Dave McDonald.

Beth Gibbons actrice… La pochette de Dummy est extraite d’un film 
Mais Geoff souhaite aussi accomplir un vieux rêve, composer la BO d’un film. Plutôt que d’attendre la demande éventuelle d’un réalisateur, le groupe décide en 1994 d’écrire un scénario dont les acteurs principaux sont les membres de Portishead. La pochette de Dummy, qui sort également en 1994, est donc une photo tirée de ce film intitulé To Kill a Dead Man (cout-métrage de 11 minutes réalisé par Alexander Hemming). Beth Gibbons y apparaît terrifiée et ensanglantée. Le film est inclus dans le DVD Roseland NYC Live de 2002 et la chanson (instrumentale), qui porte le même nom que le film, se retrouve sur le maxi-single Sour Times mais aussi sur la compilation Glory Times du 7 juin 1995.

Vous pouvez voir l’image utilisée pour la pochette à la 3ème minute et 7 secondes du film :

Portishead – Dummy (17 octobre 1994 / Go! Beat)
Mysterons (5:02)
Sour times (4:11)
Strangers (3:55)
It Could Be Sweet (4:16)
Wandering Star (4:51)
It’s a Fire (3:48)
Numb (3:54)
Roads (5:02)
Pedestal (3:39)
Biscuit (5:01)
Glory Box (5:06)

>> A lire également : L’histoire d’une pochette de disque – The Smiths (1er album)




Previous post

Dans le casque : la pop des londoniens de Zooz

Next post

Un 2ème nom pour la Route du Rock Hiver 2016

Pas de commentaire

Mettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *