Chronique : The Callstore – Save No One

Un 1er disque bouleversant

The Callstore – Save No One – le 27 octobre chez Talitres

TAL068_-_Cover_12x12_-_PromoVisuAussi étonnant que cela puisse paraître, Save No One est le premier album de The Callstore, alias Simon Bertrand un breton, parti vivre à Londres.
La force de ce disque réside dans la profondeur de la voix de Simon, dans la diversité des morceaux, tantôt folk tantôt électriques, dans ces changements de rythme donnant de la puissance au disque.
A la 1ère écoute, ce qui a frappé nos oreilles – oui on ne peut le nier, est cette voix sombre faisant écho à celle de Matt Berninger, le leader de The National. Le label bordelais Talitres avait d’ailleurs sorti leur 2ème disque, Sad Songs For Dirty Lovers.

Mais vague réminiscence… Il serait réducteur en effet d’enfermer The Callstore à cette ressemblance, car on pourrait parfois aussi évoquer Stuart Staples des Tindersticks.
Sur les 12 morceaux se retrouve la prédominance de la guitare électrique, du piano, des choeurs, des changements de rythme. Pas d’ennui ni de platitude. L’album est très beau, les morceaux folk sont mélancoliques, remplis de subtilités instrumentales. On aime ces notes de piano qui surgissent et nous entrainent. Le morceau inaugural est surprenant, instrumental porté par des choeurs. La mélancolie est là, les émotions affleurent. Ce n’est pas sans douleur que naissent parfois des morceaux. On pense notamment à The letting Go, poignant. Une lettre de rupture amoureuse d’une infinie et somptueuse tristesse. La voix accompagnée à la guitare sèche nous prend aux tripes, rejointe ensuite par le violon et des notes aériennes, délicates jouées au piano, « please forgive me, it’s a letting go, it’s hard you know », comme sur Come on Then  ou le très beau Sad Sometimes.  Arrive Thou Shall Be Broken un morceau plus électrique, mariant de l’électronique, comme joué dans l’urgence,  idem pour In Between Tricks The Magician Bows. Au bout de la 15ème écoute, les morceaux nous touchent toujours autant !
Above And Beneath Your Feet clôture l’album, un superbe titre, qui prend des airs d’épopée avant de revenir dans un style plus jazzy. On aime ce changement de rythme.
Ce 1er album, composé et enregistré seul, laisse peut-être apparaître une fragilité,  l’exploitation de la boîte à rythmes. On espère que le songwriter parviendra à s’entourer sur scène de violon, batterie, piano…

En attendant de pouvoir apprécier The Callstore live et d’écouter l’album, le 27 octobre chez Talitres, 2 morceaux en écoute ci-dessous. Enjoy.




Previous post

Playlist d'octobre, les nouveautés indie à écouter (30 titres)

Next post

Festival Fabrique (Béziers les 26 et 27/12) : J.C.Satàn, Aquaserge, Marvin...

Pas de commentaire

Mettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *