Retour sur la soirée rock électro du festival les Papillons de nuit (samedi)

The Hives s’enflamme, Klaxons ravit, Da Brasilians séduit

Coup de chance pour ce samedi à St Laurent de Cuves en Normandie pour la 11ème édition du festival les Papillons de nuit : le soleil est là !

L’arrivée sur les lieux se fait très facilement, aucune queue à l’entrée, on apprécie de pouvoir passer assez vite. Les 2 grandes scènes, Vulcain & Thécia nous attendent, et la plus intimiste, plus petite, Erébia, est à l’écart un peu plus loin, proche d’un chapiteau installé pour manger, joliment décoré avec des boules à facettes.

On arrive juste pour le set des belges d’Absynthe Minded. Le chanteur guitariste Bert Ostyn, est entouré de 4 musiciens : Jan Duthoy (piano, orgue Hammond), Sergej Van Bouwel (contrebasse), Renaud Ghilbert (violon) et Jakob Nachtergaele (batterie). Ils sont venus nous présenter leur 4ème album sorti en juin 2010 du même nom. La 1ère partie du set est pop jazzy, assez tranquille,  » Picture in a Frame », « Little Rascal », le morceau plus connu « Envoi ». Suit ensuite un changement de ton, Bert délaisse sa folk pour sa guitare électrique, Jan Duthoy qui chante aussi sur certains morceaux délaisse son piano..et l’ambiance devient plus rock. « Stuck in Renverse« . Le son du violon donne de la profondeur aux morceaux.

Le public est déjà massé devant la grande scène pour Kaiser Chiefs, très attendu. Le set démarre. « Man on Mars », un morceau de leur dernier album « The Future is Medieval « , sorti début juin. Puis ça bouge dans tous les sens. Entourés d’adolescents, on finira par reculer pour ne pas être emporté… Des titres plus anciens, comme « Angry Mob », nous font danser, « I Predict A Riot « , « Ruby « . Les dandy anglais ont la forme. Ricky Wilson sautille pendant tout le set ! On est moins convaincu par les morceaux du dernier opus…. On préfère au final quand le batteur Nick Hodgson prend le micro pour un titre.


Arrivée du groupe The Jon Spencer Blues Explosion, punk rock brut… on écoutera 3 morceaux, mais, ce n’est pas notre trip…on n’arrive pas à apprécier et on préfère profiter pour aller flâner du côté du stand marchandising,  aller faire un tour plus haut, vers la petite scène où joue Jeff Band.

allez on se laisse tenter par un sac des Da Brasilians...
Du passage au stand marchandising….on se laisserait bien tenter par un sac des Da Brasilians !


Un espace webcafé équipé de postes informatiques sous Ubuntu en accès libre pour les 60 000 festivaliers attendus.

Quelques stands sur le parcours jusqu’à l’autre scène… fringues, bijoux, instruments de musique

Le chapiteau collation ! On s’y posera un moment pendant les balances de Da Brasilians…


Et au détour d’une bière, on croise un flyer de la Route du Rock !


Beady Eye : le nouveau groupe de Liam Gallagher sans son frère. Un set décevant, du Oasis en moins bien, rien de nouveau…


Da Brasilians, c’est avant tout un groupe de 5 copains, originaires de St Lô. Découvert -pour nous en tout cas- par le biais du concours CQFD des inrocks en 2007, avec le titre The Morning, on avait hâte de les voir en live ! En 2010 sort un 1er album éponyme sur le label Underdog Records, et en avril dernier, un Ep de 4 titres « Revolution » . C’est folk pop assez seventies, on ferme les yeux et on bascule sur une plage de Californie, au soleil couchant… ah, il y a bien le soleil couchant mais là ça se passe en Normandie ! On aime « Janis« , Revolution« , « Please Stay« , qui sonne comme une ballade mélancolique, avec la voix du chanteur qui monte haut, « About You« , avec les voix derrière… Leur concert ressemble à un road movie, et on n’a pas envie de descendre en cours de route.

Da Brasilians : richesse des harmonies vocales, parties de chants partagées. Le groupe tourne, le chanteur guitariste prend la place de Grégory (au ukulélé) derrière le clavier. L’ambiance est très sympa ! On croisera le chanteur des Lanskies, Lewis dans le public. Les 2 groupes se connaissent très bien. Allez jeter un coup d’oeil sur le blind test des groupes normands réalisé par le collectif Sourdoreille, dans un camion de pizzas, entre The Lanskies & Da Brasilians, drôle !

Klaxons : Jamie et sa bande reviennent avec l’album « Surfing the Void« , oscillant entre psychédélisme forcené et riffs de guitare surpuissants. Dommage, on assiste à la moitié du set, et de loin.

Le show de The Hives : un égo démesuré sur des riffs assurés !

Arrivée flamboyante
sur scène du groupe avec en fond des lettres énormes blanches (en référence à leur album). Il y a 3 ans déjà, The Hives avait enflammé le public. Là, nouvel album pour la fin de l’année. Les 5 suédois, habillés à l’identique, très dandys en queue de pie, se donnent tous sur scène. « Main Offender », « Tick Tick Boom », « Walk Idiot Walk »… Du rock garage efficace ! Par contre, Pelle Amlqvist– aux mimiques parfois à la Mick Jagger- parle trop, et a un égo démesuré, « Vous savez qui on est ? Vivent les Hives super stars.. ». Il grimpera à l’échafaudage, demandera plus tard au public de s’asseoir…

Suite de soirée avec The Joy Formidable, un trio, originaire du Pays de Galles, mené par une chanteuse rock, Ritzy Bryan. Leur 1er album « Big Roar » est sorti en début d’année. On aime l’énergie de la chanteuse, son jeu nerveux de guitare. « Austere« , « I Don’t Want To See You Like This »…
On écoutera le début du set de The Lanskies (vus aux Trans): on retrouve l’humour anglais de Lewis et son énergie débordante !

Il est 2h du matin, et Digitalism, le duo électro allemand fait danser les festivaliers férus de mix platines. Faisceaux lumineux sur la scène, 3 écrans qui projètent des vidéos (un grand huit, un coeur qui bat,…) On commence à avoir froid.. mais on attend le morceau Blitz. Heureusement, un des 2 Dj’s lâche sa platine et passe derrière le micro, accompagné à la batterie. Le set devient moins articificiel. On aime l’électro, à petite dose peut-être, et la fatigue gagnant…
Sur le chemin du retour, Lewis le chanteur de the Lanskies entame un « Bank Holiday« , leur set a duré plus longtemps que prévu ! 3h du mat’, direction la voiture..
Une soirée très sympa, un coup de coeur pour le groupe Da Brasilians.

Posté par : manub



Previous post

Les concerts du Primavera sound festival

Next post

Bars'n Rennes, on a aimé le concert de Juveniles

Pas de commentaire

Mettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *