Retour sur le festival des Inrocks

Local Natives, toujours aussi bon live et The Coral, un incroyable retour, pop, dans les années 60… Festival des Inrocks

Olympic – Nantes – Dimanche 07/11/2010


4 groupes au programme ce soir, début à 19h, nous arrivons de Rennes à 20h et manquons donc La Patère Rose comparée à Coeur de Pirates par les Inrocks…20h15, les 4 filles de Warpaint entrent en scène et nous laissent perplexes.
Le set commence pourtant très bien, une pop atmosphérique se dégage un peu à la Cocteau twins ou Lush (1ers albums). Malheureusement plus le concert avance, plus l’ennui gagne du terrain avant un final très très moyen. Un peu à l’image de l’album qui vient de sortir « The Fool« , assez décevant, à part 2 ou 3 titres…


21h, C’mon baby !

Direction le 1er rang. Nous patientons jusqu’à 21h15 pour retrouver nos chouchous, les américains, Local Natives et leur pop ensoleillée, découverts à la Route du rock hiver et véritable coup de coeur (autant humainement que musicalement) pour le webzine.

Rassurez-vous, ils sont en pleine forme ! Et Taylor a toujours sa stache.

Ils vont enflammer l’Olympic avec leurs tubes « Warning sign » et son génial C’mon baby ! Take it easy, I’ve got money now (reprise des Talking Heads) mais aussi « World News » (et son « tutututu »), « Wide Eyes » et le parfait « Sun hands » joué en dernier titre. Pas d’inédit à se mettre sous les oreilles.

La particularité du groupe est de jouer avec une batterie 1/2, Kelcey Ayer, le barbu au clavier a quasiment tout le temps une baguette à la main pour épauler le batteur. « Ca tape, ça claque, c’est bon » est donc toujours d’actualité puisqu’ils se mettront également à 3, avec le bassiste, pour terminer l’un de leur morceau (ce dernier, le bassiste, semble étrangement à part dans le groupe d’ailleurs).

We love you.

Par contre, un concert trop court, 45 minutes et pas de rappel. Autre critique, pas de stand merchandising…

22h20. So British !!

And so good. The Coral, c’est tout d’abord un look improbable aujourd’hui. Que font-ils dans les années 2000 ? Coupe au bol pour tout le monde ou presque, seul le bassiste dénote sur scène avec ses cheveux longs et ondulés. Il faut les renvoyer immédiatement dans les années 60… Gros coup de coeur pour le batteur et son arrivée sur scène, derrière les fûts, les bras levés, you rock !

Fin du premier titre, notre réaction sera « whouah, c’est clean », effectivement le son est impressionnant, parfaitement maitrisé par les gars de Liverpool. « Oh Jacqueline I know » sera joué en 3ème titre, le groupe, à 5 sur scène, change de guitare pratiquement entre chaque morceau, alternant acoustique et électrique. « More than a lover », « She’s coming around » ou encore « Butterfly house », tirés du dernier album s’enchaînent avant le tube de The Coral, « Dreaming of you » (you tube), acclamé par le public dès les premières notes.

2 ou 3 fans anglais avec écharpe du Liverpool FC sont là dans les premiers rangs.
1h de concert et toujours pas de rappel, c’est un peu juste pour nous cher Inrockuptible, mais bon, 2 concerts de haut niveau et peut-être l’un des derniers ici puisque l’Olympic devrait déménager en 2011 pour rejoindre l’ile de Nantes, le hangar à bananes (salle toute neuve et plus grande, trop grande ??).


Local natives


Local natives again




Previous post

Présentation des Trans par Thomas Lagarrigue

Next post

Retour sur la journée du jeudi aux Trans

Pas de commentaire

Mettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *