Berlin Festival 2010 (suite)

Samedi après-midi, direction Berlin centre, nous sommes excités, Hot chip et les weddoes sont bientôt à nous. Nous décidons d’arriver au festival pour les Morning Benders.

18h : The Morning Benders ou le concert le plus court de l’histoire du rock (6 ou 7 titres). En fait à 18h05 et 18h10 voir 15, le groupe est bien devant nous mais en pleine balance. Incroyable. « Nous n’avons pas le temps » dira le chanteur… Faudra nous expliquer le principe déjà vu la veille.

Fin du set, nous essayons de joindre Julia, une rennaise (son compte-rendu est dispo sur le webzine discordance), nous faisons connaissance et direction la grande scène pour voir Gang of Four. Bizarre, il n’ y a aucune guitare sur scène, Julia reconnait en fait Soulwax (concert proche techno-dance). Ok Gang of Four a annulé. Nous partons voir les frenchies Tahiti 80 hall 4 et là c’est complet, plein, regard d’incompréhension, texto de Julia pour nous prévenir que la prog est chamboulée. Nous décidons de nous rendre à l’unique point d’information et là surprise..


Les concerts ont commencé à 13h30… Le wedding programmé à 23h15 a joué à 17h, Tahiti 80 a été programmé à 15h puis 16h30 (source facebook du groupe) au lieu de 19h45… Une demoiselle me donne le communiqué de presse qui est consultable ici (peur de la police par rapport au drame de Duisbourg avec la love parade). Petits bras les organisateurs : aucune information à l’entrée du festival. Nous leur conseillons de faire un tour à Benicassim l’année prochaine pour voir. Nous pensons que tout cela était prévisible.

20h30, c’est le cas Tricky qui débarque sur scène (sur le 2ème morceau) et il ne chante qu’un titre sur deux. Il laisse seule une vocaliste black, nous partons, concert très décevant.  Je reçois un texto de Mat, le stade rennais vient d’en prendre un dans les filets, ça sent la loose complète


22h20 : Hot Chip peut sauver la soirée… Et là c’est parfait pour nous. Gros son, on groove sur des titres comme « i feel better« .


Mon banquier est sur la gauche de la scène, déchainé, il quitte rapidement sa veste. Alban me regarde « ils vont pas la faire » et là « the next song is Ready for the floor » avec une intro bien différente de celle de l’album (vidéo you tube). Nous sommes sauvés et ravis.


Le reste de la soirée tient de l’hallucination. 23h30, fin de la musique, fin du festival mais… soudain on aperçoit de la lumière et des personnes qui suivent en dansant. La voiture bagage, telle une locomotive transporte des DJ’S qui nous font danser en faisant le tour de l’aéroport. Gros délire, c’est énorme.


Le stand de City Slang qui fêtait ses 20 ans. C’est le label d’Herman dune, Junip, Caribou…


Nous décidons, encore une fois à l’unanimité, de laisser le vinyle et le calendrier du stand City Slang sur le bar. Nous rentrons. Nous aimons cette idée, quelqu’un va les récupérer et peut-être écouter le disque de Norman Palm que nous vous conseillons de découvrir.


Die saucisse is gut!


Autre incompréhension pour nous, les gobelets consignés avec en plus des jetons bleus… Pas de jeton, pas de bière même si gobelet… Alban, pendant les 2 jours, va chercher une théorie valable. Il trouvera.




Previous post

Reportage, surréaliste Berlin Festival 2010 !

Next post

Retour sur le concert de Syd Matters à l'antipode

Pas de commentaire

Mettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *