John Grant au Nouveau Casino

Retour sur le concert du camarade de jeu de Midlake, le 14 juin dernier.

Le bonheur. C’est l’expression qui se lit sur le visage de John Grant, lorsqu’il s’installe sur scène : « C’est trop difficile pour moi de vous présenter et de vous expliquer toutes les chansons en français. Je vais parler en anglais s’il n’y pas de problème. I’m gonna play an old song and then I will do the darker stuff », l’américain se montre d’entrée chaleureux et bienveillant à l’égard de son public. Posté en hauteur, j’aperçois le tour manager de Midlake qui joue le rôle d’ingénieur du son ce soir. Après un premier morceau en piano/voix, John Grant et son groupe s’attaquent à l’interprétation de Queen of Denmark, le premier album de l’ex Czars. Avant de jouer TC and The Honeybear, il précise, hilare : « This is about bad relationships and bad boose… ». Where Dreams Go To Die, au rendu live très propre poursuit le show jusqu’au premier temps fort de la soirée : I Wanna Go To Marz, à laquelle John Grant a l’air particulièrement attaché : « There was this place when we were kids called Marz. They served ice-creams, it was awesome. The lyrics of this song come from an original menu ! » La patte de Midlake se ressent tout de suite, le morceau gagne en profondeur sur scène pour un résultat vraiment efficace. Il arrive presque trop tôt.

Chicken Bone, déjà le titre studio le moins convaincant de l’album, est tout aussi décevant en live. Mais le charme n’est pas totalement rompu. Il faut attendre trois chansons où le guitariste soliste a tendance en trop en faire pour assister à une magnifique version du morceau Queen of Denmark, avec ses très bons breaks et ses paroles emblématiques de l’espiègle songwriting de John Grant : « I wanna change the world but I couldn’t even change my underwear. » Premier rappel.Le groupe joue deux morceaux dont Jesus Hates Faggots, dédicacée à un couple ami du chanteur, puis se retire. Le tour manager de Midlake fait signe aux régisseurs du Nouveau Casino que John Grant va jouer deux derniers morceaux, seul.

Ce sera Leopard & Lambs et Firflies pour finir. John Grant quitte la scène du Nouveau Casino, avec le même sourire qu’une heure auparavant, apparemment content de sa prestation. Un modeste « Au Revoir » clôt le concert, à l’image de la simplicité de l’américain.

Posté par : Maxime V



Previous post

Compte-rendu de la 2ème conférence de C.Brault

Next post

Reportage Festival Beauregard 2010

Pas de commentaire

Mettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *