Midlake : le feu au lac

Interview de Midlake par Maxime pour leur concert du mercredi 14/04/2010, à l’Antipode.

Pour la première date française de leur nouvelle tournée, le quintet texan était de passage à l’Antipode, mercredi 14 avril 2010. Tim Smith, chanteur et compositeur du groupe, a accepté de répondre aux questions de Popisonfire, entre deux balances, dans les loges de la salle rennaise.

Midlake est un groupe composé d’anciens étudiants en musicologie. Dans quelle mesure cette formation conditionne-t-elle votre travail de composition et d’écriture ?

Oui, nous avons étudié la musique jazz, mais nous essayons de limiter au maximum l’influence de notre parcours universitaire dans notre musique. Nous nous fions avant tout à ce que nous aimons mais je dois admettre que ces études ont facilité le travail sur les structures et les progressions de nos morceaux.

Votre nouvel album, The Courage of Others, a mis quatre ans à voir le jour. Comment s’est déroulée sa conception ?

Nous avons pris notre temps pour ce troisième album, car nous voulions retourner à nos racines Folk et analyser précisément le son que nous recherchions. Durant cette période, nous avons énormément écouté du Folk anglais des années 1960, surtout Fairport Convention et Pentangle. Il cherche les morceaux les plus écoutés sur l’écran de son Ipod*. Les contours de Courage of Others ont commencé à se dessiner au bout de deux ans. Nous nous sommes ensuite enfermés dans le studio que nous louons à Denton, au Texas, pour paufiner quelques idées et surtout donner une ligne directrice à l’enregistrement de l’album. Nous avions décider de changer d’approche et nous nous sommes montrés plus perfectionnistes, après le succès de The Trials of Van Occupanther.

On retrouve tout de même dans Courage of Others, des éléments déjà présents dans ce précédent opus, comme la pochette, qui représente une nouvelle fois une atmosphère mystique en pleine forêt. Pourquoi avez-vous gardé cette image ?

Je suis fan d’Andreï Roublev, un film de 1966 du réalisateur russe Andrei Tarkovsk, traitant des rapports entre la religion et l’art à la fin du Moyen-Âge. Il passe quelques extraits du film sur son Ipod. L’artwork de Courage of Others est directement inspiré de l’esthétique de ce film, il ne représente pas vraiment la continuité de The Trials of Van Occupanther. Nous avions juste envie de rendre hommage à une forme d’art qui nous touche. Le mystère nous inspire, dans n’importe quelle oeuvre artistique que ce soit.

Quelle est la chanson que vous préférez interpréter sur scène ?

J’ai un faible pour Small Mountain mais cela dépend en réalité de la réaction de l’audience. Nous éprouvons toujours du plaisir à jouer Roscoe et à voir le public s’enthousiasmer lorsqu’il reconnaît les premières notes ce cette chanson. Sourire.

Avez-vous déjà des idées pour un prochain album ?

Oui. Les tournées européennes sont d’ailleurs toujours propices au travail de composition. Nous arrivons tôt dans les salles où nous devons jouer et nous avons le temps de s’installer et d’élaborer quelques mélodies, en marge des balances alors qu’aux Etats-Unis, nous arrivons juste assez tôt pour nos répétitions et jouer dans la foulée, sans se poser de questions. Mais ce ne sont pour l’instant que des ébauches.

Une dernière question, pouvez-vous nous donner les noms de groupes français que vous appréciez ?

Nous avons eu l’occasion de rencontrer Syd Matters l’année dernière et nous apprécions ce qu’ils font. Nous avons également fait la connaissance des membres de Fairguson, un groupe amateur de Grandaddy, lors de quelques concerts parisiens. Nous ne connaissons pas vraiment la scène musicale française et francophone, mais les Français accueillent favorablement notre musique depuis le début et nous sommes vraiment enchantés de pouvoir jouer ici.

*Fairport Convention – Matty Groves, Feathers – Old Black Hat With a Dandelion Flower, Pentangle – Cruel Sister, Espers – Children of Stone, The Incredible String Band – Job’s Tears




Previous post

Soirée Pop is on Fire 1 par Florence

Next post

Fool's Gold : à l'antipode de la Pop

Pas de commentaire

Mettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *